Féministes Congolaises

Un site utilisant WordPress.com

Les violences domestiques sont-elles encouragées par les femmes elles-mêmes ? 25 novembre 2010

Filed under: Non classé — gisele75 @ 13 h 15 min

Qualifier la violence faite aux femmes de « violence conjugale » ou domestique occulte le fait que presque toute cette violence est perpétrée par des hommes contre des partenaires féminines et que, les hommes ayant souvent plus de force physique que les femmes, plus des femmes se retrouvent à l’hôpital ou meurent en raison de cette violence.

En effet, les femmes en général, les femmes congolaises, en particulier subissent, au sein des couples, des violences de tout genre : violences psychologiques, verbales, agressions physiques, violences sexuelles, etc. Elles sont victimes d’hommes immatures qui ne savent régler autrement les conflits que par des battues.

De plus, au sein de la famille, les filles sont agressées plus souvent que les garçons. En effet, selon, une étude menée au Canada, quatre sur cinq (79 %) des victimes d’agressions sexuelles intrafamiliales sont des filles, et plus de la moitié (55 %) des agressions physiques infligées aux enfants par des membres de leur famille ont pour cible des filles. 6 En 1997, les pères étaient les accusés dans 97 % des affaires d’agression sexuelle et dans 71 % des affaires d’agression physique d’enfants par un parent. En République du Congo, les cas des violences sexuelles à l’encontre des filles sont de plus en plus détectés dans de nombreuses familles.

Malheureusement, comme dans la plupart des familles africaines, les cas de violences domestiques demeurent encore un tabou, en République du Congo. Car d’aucuns pensent encore qu’en parler c’est déstabiliser les foyers Autrement dit, dénoncer les violences familiales/domestiques par les femmes elles-mêmes d’abord est confronté à plusieurs obstacles. En République du Congo, comme en Afrique, les causes les plus fondamentales qui empêchent les femmes de dénoncer ces violences sont les suivantes:

• Les causes économiques

En réalité, les femmes au foyer, en République du Congo, étant pour la plupart des cas des ménagères, refusent de dénoncer les violences domestiques et restent dans ces foyers, par manque de ressources ou d’endroit où aller.

• Les causes socioculturelles

Les causes socioculturelles supposent que la femme peut refuser de dénoncer les violences domestiques par : ce que la violence fait partie de la vie : Une femme peut avoir grandi en voyant sa mère être battue et en avoir conclu que la violence est un élément habituel des rapports de couple.

Par amour ou loyauté : les hommes agresseurs se présentent souvent comme très romantiques et charmeurs au début de la relation. De plus, chaque épisode d’agression est souvent suivi d’une nouvelle « période de séduction » où l’homme s’excuse, offre des cadeaux et/ou jure que ça ne se reproduira jamais, qu’il faut mettre l’agression sur le compte des difficultés qu’il traverse et qu’il a plus que jamais besoin de la femme qu’il aime. Voilà l’homme dont elle est tombée amoureuse, avec qui elle a eu des enfants, à qui elle a promis de l’accompagner toute sa vie, « pour le meilleur et pour le pire ».

Ce n’est pas un lien facile à briser.

Lire l’intégralité de ce billet de blogue de Sylvie Nadège M’foutou-Banga de l’ODDHC sur http://oddhcongo.blogspot.com/

Publicités
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s