Féministes Congolaises

Un site utilisant WordPress.com

« Les violences domestiques et sexuelles, un fléau intolérable à combattre » 12 avril 2016

Filed under: Non classé — gisele75 @ 3 h 29 min

L’association AZUR Développement a reçu le 30 octobre 2014 à son siège de Nkayi, dans le département de la Bouenza, son Excellence Monsieur l’Ambassadeur de France au Congo, Jean-Pierre Vidon. Objectif : visiter le guichet unique mis en place par AZUR Dév pour la prise en charge des victimes de violences domestiques et sexuelles faites aux femmes et aux filles.

14h 30mn. Sous un soleil radieux, c’est l’heure à laquelle que le diplomate français à foulé le pied dans l’enceinte de l’association AZUR Dév à Nkayi, accompagné d’une forte délégation française dont on peut noter la présence du Secrétaire général de la Saris, Monsieur le Consul général de France, le Conseiller économique, l’Attachée humanitaire, etc. Dès l’instant, le protocole a conduit ladite délégation en présence de la Directrice exécutive de cette organisation dans la salle du guichet unique où ils ont rejoint des autorités congolaises : le Maire de Soulouka 2, Eugène Nzaou, la Directrice départementale de l’intégration de la femme au développement de la Bouenza, Mme Damba née Mayouma Sabine et entre autres.
Après leur installation dans la salle avec acclamation de l’assistance, c’est la Directrice exécutive de l’association AZUR Développement, Sylvie Niombo qui a pris la parole pour leur souhaiter la bienvenue à Nkayi pour cette visite historique du guichet unique, avant d’ajouter que « Accès aux soins, à la justice et à l’appui économique des femmes et enfants victimes de violence domestique et sexuelle », est un projet financé par l’Ambassade de France.

Un fléau intolérable à combattre

Pour le Plénipotentiaire français, c’est un grand plaisir pour eux d’être à Nkayi pour se rendre compte de la mise en œuvre de ce projet auquel ils attachent beaucoup d’importance. Ce guichet unique mis en place par AZUR Développement est un projet que nous appuyons pour un montant de 21 millions de F cfa. Avec ce montant, il comprend qu’elle a déjà fait et va encore faire beaucoup de choses. « Les violences domestiques et sexuelles envers les personnes fragiles et vulnérables sont un fléau intolérable qu’il faut combattre. Chaque jour, dans le monde, des exactions sont commises à l’endroit des femmes et des enfants. Elles laissent des corps et des âmes profondément meurtris, voire brisés. Ces blessures sont intolérables et inacceptables …», a martelé dans son allocution son Excellence Monsieur l’Ambassadeur de France au Congo, Jean-Pierre Vidon.

Selon Ida Moussa, Coordonnatrice de projet, celui-ci s’inscrit dans le cadre des activités des associations AZUR Déve, ARIPS (à Pointe-Noire) et AFDB (à Nkayi) sur la lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles. Pour elle, de mars à septembre 2014, les deux guichets uniques dont l’un est à Pointe-Noire et l’autre à Nkayi ont reçu 132 cas de violences sexuelle, physique, domestique, conjugale, morale, économique et faites aux enfants ; soit 52% de plaintes déposées à la police, gendarmerie et à la justice. Par exemple, pour la prise en charge économique, elle a fait savoir que « Nous avons formé 48 femmes et jeunes filles dont 17 sont en fin de formation sur les 150 prévues d’ici la fin du projet. Sur les premières apprenantes formées en pâtisserie, six exercent à titre personnel dont le revenu est estimé à 96.000 F cfa par mois. Une autre a trouvé du boulot à Saris Congo en pâtisserie-cuisine. Actuellement, nous sommes en train de préparer un plan d’accompagnement des apprenantes dans la rédaction d’un projet de vie professionnelle en cours (insertion, micro crédit, etc).»

Interpeller toutes les consciences ?
Du côté de Mme Damba née Mayouma Sabine, Directrice départementale de l’intégration de la femme au développement de la Bouenza, elle a rappelé que le Congo est signataire de plusieurs conventions internationales sur les droits humains et ne peut en aucun cas figurer parmi les pays qui méconnaissent l’importance des droits de l’Homme et, en fait, l’objet d’une préoccupation majeure au sein de notre communauté tant par des efforts des pouvoirs publics que de la société civile qui ne ménagent aucun effort pour garantir au mieux et dans la limite de leur possibilité la protection des droits humains. « C’est l’occasion d’interpeller la conscience nationale et celle des agents de la police nationale, la force publique afin que dans un élan de solidarité nous puissions tous contribuer à la promotion et à la protection des droits des femmes en général et en particulier la femme en tant que mère, épouse, éducatrice de la société », a dit cette dernière.

Jean Thibaut Ngoyi

Publicités
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s