Féministes Congolaises

Un site utilisant WordPress.com

Violences familiales : La loi protège les veuves contre les pseudos traditions 25 novembre 2013

Au Congo Brazzaville, certaines veuves, aidées dans certains cas par des associations, osent poursuivre en justice leur belle-famille et obtiennent réparation. Des exemples à suivre pour toutes celles qui, par manque d’informations sur leurs droits ou par peur des représailles, souffrent en silence.

« Mon père, craignant la sorcellerie, a essayé de me convaincre d’abandonner les poursuites contre ma belle-famille. Mais, connaissant le droit, je ne me suis pas résignée. Aujourd’hui, je touche la pension de mon défunt mari ! », se félicite Reglane.

Comme elle, beaucoup de veuves subissent des pressions, parfois même des sévices au « nom de la tradition » au moment du décès de leur époux. La peur de la sorcellerie, la nécessité de protéger leurs enfants, fait que bon nombre d’entre elles se laissent faire en silence. « Il n’y a pas que des veuves dont le niveau d’éducation est faible qui sont victimes. Certaines, instruites, plient également », déplore Herman Batamio Matondo, juriste et secrétaire permanent de l’association Mibeko.

Au Congo, le Code de la famille réglemente la répartition des biens du défunt (50 % à ses enfants, 30 % à sa veuve et 20 % à ses père, mère et tous les collatéraux), mais ces dispositions sont régulièrement bafouées. Consultées, certaines familles, qui font pression sur les veuves, n’ont pas voulu s’exprimer. Pour Auguste Miabeto, universitaire, spécialiste des traditions orales, leur attitude s’apparente à tout sauf à la tradition : « Ces brimades arrivent souvent quand la veuve, du vivant de son mari, n’était pas en bons termes avec ses belles-sœurs. Le deuil est pour elles le moment de se venger.»

Faire valoir ses droits

Ces dernières années, plusieurs associations expliquent aux veuves que la loi interdit les sévices ou mauvais traitements exercés sur elles à l’occasion des cérémonies de deuil. La réglémentation prévoit la répression de ces actes conformément au Code pénal. Le Code de la famille indique également que le refus de se soumettre à ces rites ne peut pas constituer une injure au défunt. Herman Batamio Matondo prend le cas d’Agathe récemment accompagnée par son association : « un jugement a été rendu. Aujourd’hui, elle touche sa pension. Malgré les foudres de la famille que cela lui a values, elle est rentrée dans ses droits. La loi existe dans le pays ! ». Un autre activiste des droits humains pense qu’au Congo, « L’Etat est regardant sur ces problèmes de droits. Il suffit que la personne violentée dénonce ce genre de comportements et l’Etat applique la loi », assure-t-il.

Reconnaissant le manque d’informations sur les droits des veuves, Daniel Mondinzoko, directeur départemental des Affaires sociales, qui collabore avec les juristes, explique : « La loi reste la loi, mais nous faisons en sorte que la tradition ne soit pas totalement marginalisée». Pour M. Miabeto, il faut bien différencier antivaleurs et traditions : « la tradition est la transmission des valeurs des sociétés du passé. De nos jours, il y a beaucoup de confusions entre la tradition et des pratiques tout à fait inhumaines exercées sur des veuves.»

Marien Nzikou-Massala

 

Survivantes de violence mais elles ne veulent pas dénoncer !

Filed under: Non classé — gisele75 @ 11 h 43 min
Tags: , , ,

Dans des ménages congolais, des violences se vivent au quotidien. Certaines victimes par mutisme ne veulent pas dénoncer leurs bourreaux. Une attitude qui freine l’engagement des organisations de défense des droits des femmes et de l’homme.

« Pour mettre fin aux violences, la femme elle-même doit se lever pour que les ONG et la société civile puissent venir en appui », a martelé Sylvie Foutou Banga, présidente de l’Organisation pour le Développement et les Droits Humains au Congo (ODDHC) que nous avons rencontré le 22 novembre au siège de son association en plein préparatif des 16 jours d’activisme et de la célébration de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes prévu chaque 25 novembre.

Selon la présidente de l’ODDHC, « chaque jour qui passe nous recevons des cas de viol fait à l’égard des enfants et des petites filles. Et les auteurs de ces actes ne s’inquiètent presque pas. Ainsi nous envoyons les victimes à AZUR Développement pour le suivi et l’assistance sociale. En ce qui est du volet juridique, nous sommes entrain de voir avec l’Observatoire Congolais des Droits de l’Homme (OCDH) comment poursuivre les auteurs de ces actes, mais il faut reconnaitre que c’est un peu difficile parce que souvent se sont des cas qui se passent dans des maisons et certaines familles ne veulent pas en parler elles sollicitent l’assistance sociale mais le volet juridique généralement ces femmes violentées ne veulent pas en parler. C’est un problème ! »

S’inspirant d’un cas qu’elle devrait résoudre et qui n’a pas abouti du fait de la résignation de la victime, Sylvie pense plutôt à la volonté des victimes de dénoncer leurs bourreaux. «Nous avons reçu un cas où une femme est venue nous voir et nous parler de ce qu’elle vit dans son foyer, des battues, des menaces de mort car elle nous a apporté le couteau avec lequel son mari la menaçait, au moment où on s’apprêtait pour interpeller le monsieur, mais quelque jours après, la dame a fait la paix avec son mari sous prétexte de protéger ses enfants et sauvegarder son mariage et elle n’est plus jamais revenue alors qu’elle avait raconté des choses dramatiques qu’elle vit », raconte-t-elle avant de se questionner « pour une telle femme qu’est ce qu’on peut faire si elle-même ne se lève pas ? ».

Certes la lutte est difficile mais « sans la détermination et volonté des femmes elles-mêmes le salut ne viendra pas du ciel », conclut-elle.

Marien Nzikou-Massala

 

«Plus de 80% des cas de viol sont des enfants de zéro à 15 ans »

Filed under: Non classé — gisele75 @ 11 h 35 min
Tags: , , , , ,

A l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes et du lancement de la campagne mondiale des 16 jours d’activisme, le Docteur Carmel Stella Miabanzila Matoko, médecin responsable de la prise en charge des victimes des violences sexuelles (VVS) au niveau de l’unité de Poto-Poto et à l’antenne de prise en charge de ces dernières à l’hôpital de Talangaï nous a accordé une interview sur cette situation à Brazzaville.

Docteur Carmel Stella Miabanzila Matoko, quelle est la tendance actuelle de la situation de la violence sexuelle faite aux femmes au sein des unités de prise en charge des VVS dont vous avez la charge ?

Aujourd’hui, la tendance s’est renversée comme nous avons du le constater. Présentement, les agresseurs sont de plus en plus des jeunes sur des victimes de plus en plus encore jeunes. C’est quelque chose qu’on a noté et ce n’est pas toujours le militaire ou l’homme en arme, mais c’est surtout aujourd’hui le civil qui agresse, qui viole.

Donc, les tendances se sont inversées par rapport aux stéréotypes qu’on avait avant. Maintenant là, on sait que la violence sexuelle existe, ça perdure dans notre société et qu’aujourd’hui de plus en plus des jeunes agresseurs qui violent, gaspillent l’avenir du plus petit (enfants de moins de 15 ans) sont des jeunes. Donc, la tendance est là, elle est inversée.

C’est vraiment de très jeunes enfants qui sont victimes. 80 % des cas qu’on a reçus sont des enfants de zéro à 15 ans. C’est une tendance généralisée sur près de 5 ans. Nous avons observé depuis 2010, 2011, 2012 à Talagaï et on a fait le comparatif avec l’unité de prise en charge des victimes de violence sexuelle de Makélékélé. Pratiquement, nous avons les mêmes tendances. Les enfants de zéro à 15 ans constituent la couche la plus touchée. Plus de 80 % sont des enfants quand on fait les statistiques.

Docteur Matoko, est-ce que vous recevez des cas liés à l’inceste ?

Oui, il y a beaucoup de cas d’inceste, mais ce sont des cas qui ne sont pas trop en accord pour poursuivre une procédure pénale. Il y a des gens qui viennent juste pour confirmer un viol et puis on vous dit que c’est le père, le frère, l’oncle, mais pour qu’on vous dise qu’il y a une procédure pénale qui sera poursuivie jusqu’à la fin, non.

C’est des gens qui viennent juste pour avoir la confirmation qu’il y a eu viol puis le reste, ce n’est pas leur problème.

Quelles sont les actions que vous menez au niveau de vos unités de prise en charge des victimes de violence sexuelle ?

Nous menons des activités de sensibilisation parce qu’il faut sensibiliser les victimes sur les différentes procédures. Après l’hôpital, il faut aller à la justice, poursuivre le traitement et la prise en charge psychologique. En dehors de la sensibilisation, nous faisons la prise en charge médicale, mais à la différence de ce que l’on avait à l’hôpital de Talagaï, on avait des médicaments pour cette prise en charge. Aujourd’hui, nous n’avons aucun médicament. Nous prodiguons donc des soins et nous faisons plus des ordonnances puis de l’orientation.

Docteur, qu’en est-il de l’obtention du certificat médical ?

Le certificat médical est un document légal. C’est un document qui peut demander à ce que vous allez expliquer à la justice le pourquoi de chaque phrase. Donc, c’est un document qui ne peut pas être gratuit. Il est gratuit dans certaines circonstances par exemple en post-conflit, c’était normal que le certificat médical soit graduait, mais maintenant que nous parlons, le programme de prise en charge des victimes de violence sexuelle (VVS) n’est soutenu par aucune structure. Je dis bien aucune structure ne soutien ce programme. Les gens ne sont pas rémunérés par rapport à cette spécificité d’action.

Donc, on ne peut pas dire qu’on va faire de la gratuité. On fait de la gratuité quand on reçoit les médicaments ou une aide extérieure. Mais pour ce qui concerne le certificat médical, nous demandons un petit forfait qui est humanitaire, s’élevant à 10.000 F CFA. Les examens étaient gratuits quand nous étions à Talangaï.

Actuellement, nous n’avons pas de laboratoire. Or, avant, nous faisions des échographies, des prélèvements vaginaux et autres examens, gratuitement à l’hôpital et qui ont révélé des cas des grossesses après viol.

Des cas des IST ou infection à VIH ?

Oui, il y a beaucoup de cas des IST et de cas de VIH qui ont été identifiés. Je sais que ce pas très courant. Je ne souhaite pas d’ailleurs, mais il y a eu des cas. Il y a une infection à VIH après le viol et il y a eu aussi des cas où l’enfant était déjà contaminé depuis le ventre de la maman, c’est-à-dire l’enfant qui était séropositif et le violeur ne savait pas qu’il était sur un terrain miné.
Donc, la victime peut aussi contaminer.

Qu’est ce qu’il faut faire pour qu’il y ait une meilleure prise en charge des VVS au niveau médical ?

Nous voulons que la prise en charge des victimes de violences sexuelles (VVS) soit intégrée dans le paquet d’activités des Centres de santé intégré (CSI), rien que ça. Si vous allez chez les autres, vous verrez qu’il y a des gens qui sont formés dans tous les hôpitaux pour ça. Mais ici, les gens ne sont pas formés, je suis désolée de le dire. Donc, il y a une formation qu’on y ajoute. Il y a la donnée psychologique qui s’ajoute à cette consultation là. Si on pouvait intégrer cela dans le paquet minimum des activités des hôpitaux et même des CSI, ça nous aiderait et même ces dernières. En définitive, la prise en charge doit être holistique.

Propos recueillis par Jean Thibaut Ngoyi

 

Violence à l’égard des femmes au Congo : des vidéos pour booster les femmes à dénoncer et agir 11 décembre 2011

Depuis octobre dernier, plus de 700 adolescentes et femmes, suivent des formations, sensibilisations et projections de films pour prévenir et lutter contre la violence qu’elles subissent . Parmi ces femmes, les 14-63 ans, attentionnées, trouvent des mécanismes pour lutter, guérir, éduquer et plaider pour le changement.

« Les femmes ont souvent peur de dénoncer les violences, même si elles en sont victimes, dans la crainte d’être regardée différemment dans la société. Elles se taisent et parfois acceptent d’endurer ces violences au nom de la tradition », observe Ida Moussa, Assistante du projet  de lutte contre la violence mis en œuvre par  Développement dans la ville économique de Pointe-Noire. Pour  changer d’attitude et comportement face à cette situation, depuis le mois d’avril 2011, plus de 700 adolescentes et femmes de Pointe-Noire comme celles de Nkayi suivent des formations, sensibilisations sur les violences faites aux femmes et projection de film grâce à AZUR Développement.  D’Avril à octobre 2011, 68 femmes et filles victimes de violence sexuelle et des battues ont été soutenues par le projet.

46 animatrices sont formées lors des ateliers intitulés « échanges féministes sur la technologie »  où elles apprennent des notions de counselling aux victomes de violence et également les outils des technologies de l’information et de la communication (TIC) pour prévenir et apporter du soutien aux survivantes des violences. A travers des histoires numériques ou témoignages en vidéos, les survivrantes racontent leurs propres histoires avec leurs propres dans le but de guérir, éduquer et plaider pour le changement. Les sensibilisations touchent également les filles à l’école, et au moins 503 adolescentes ontété sensibilisées en milieu scolaire.

Ces adolescentes et femmes,  provenant des différents quartiers de Nkayi et Pointe-noire, ont suivi des exposés sur  les abus sexuels et harcèlement sexuels, les violences conjugales, les violences envers les enfants, les violences physiques et psychologiques et enfin les procédures judiciaires à suivre. « Ces sensibilisations sont les bienvenues pour nous dans notre localité qu’on en parle presque pas, nous avons découvert plusieurs formes de violences qu’on ignorait. Pour nous la violence était seulement sexuelle, or elle peut être conjugale, physique, psychologique », explique Joséphine Yimbou.

En milieu scolaire, c’était autour de quatre thèmes à savoir, abus sexuels et harcèlement sexuels, les violences envers les enfants, les violences physiques et psychologiques, les procédures judiciaires à suivre, puis les projections de film,  que  la sensibilisation était axée. Satisfait de l’engagement des animatrices formées, Pascaline Niombo, coordonatrice d’AZUR Développement dans la Bouenza explique, « les thèmes présentés ont attirés l’attention des élèves qui ont tendance à envahir la salle sinon entourer les salles de classe pour celles qui n’ont pas été sélectionnées pour les sesions de sensibilisation ». Pour Pascaline, certaines femmes par honte et la peur d’être connues comme victime n’ont pas voulu parler de leur aventure, « certaines disaient toujours qu’elles devraient se rendre au bureau d’AZUR Développement afin d’expliquer ce qu’elles ont vécu durant leur vie. Etcela s’est fait en peu de temps les femmes se présentaient au bureau et racontaient leur histoire vécu », a-t-elle expliqué.

Révoltée, Madame Nzaou, la quarantaine, une participante au séminaire de Pointe-Noire, qui a été déjà  victimes d’une violence conjugale, aujourd’hui a regagné le toit parental. Pour elle « un homme qui violente une femme est un élément dangereux qu’il faut contrôler et punir, parce qu’il est comparé à un assassin ». Pour KouKuata Caroline, une des participantes aux sensibilisationsde Nkayi dans le département de la Bouenza encourage des femmes violoées à « ne plus continuer à se taire face aux hommes qui nous violentent, mais plutôt les dénoncer ou porter plainte afin de réduire les cas de violence quelque soit sa forme », à Audrey Ntsimba une autre participante de Nkayi de renchérir, « c’est en le dénonçant qu’on pourra arrêter les violences et sortir du mutisme dont fait montre les femmes».

 

Pour l’Assistante de projet Pointe-Noire, Ida Moussa, après avoir organisé une  série de sensibilisations et de projections des histoires numériquesa affirmé expliqué’« après les formations, une dizaine de femmes victimes des violences ont cherché à nous rencontrer . Ce que confirme Blancelga Nzoumba, âgée de 14 ans, « j’ai failli être violée à 11 ans par un homme d’au moins 50 ans, mais j’avais peur de le dénoncer et aucune personne de ma famille ne le sait, aujourd’hui j’en parle grâce à AZUR Développement » et à Madame Nzaou de conclure, « je me suis enfin libérer du poids que je portais ». 

 

Signalons qu’au cours de ces sensibilisation et formations, les animatrices et participantes ont tenté de trouver des réponses à des les questions : si ton père t’as violé, il est aussi nécessaire de le dénoncer ? Après un viol, combien de temps après  peux-tu te rendre compte que tu es enceinte ? Faut-il faire un avortement ou pas ? Pourquoi les hommes abusent-ilsdes femmes ? Qu’est ce qu’une fille peut faire pour prévenir la violence ?

Marien Nzikou-Massala

 

La violence domestique continue, pernicieuse, insidieuse et banalisée 4 décembre 2010

Une revue des billets de blogues publiés par Manhore De Bessi, Vivienne Dzobo et Sylvie Mfoutou Banga sur la violence domestique et conjugale à Brazzaville et Pointe-Noire montre comment dans une situation de pauvreté ou d’indépendance économique, la femme demeure victime de la violence. La violence sexuelle a longtemps occupé la tête de liste dans les interventions ; cependant la violence domestique a toujours été perpétrée, pernicieuse, insidieuse et « normalisée » culturellement. Les relations entre hommes et femmes telles que vue actuellement dans notre société doivent être remises en cause. Ces histoires appellent à beaucoup de questionnements.

L’égalité homme-femme ne sera pas une réalité tant que les femmes seront pauvres

Vivienne Dzobo raconte sur son blogue : « Nadège par exemple est vendeuse de maniocs au marché de la liberté, elle a évoqué les multiples raisons des tensions dans les ménages. La non transparence des revenus du conjoint ainsi que l’insatisfaction sexuelle et matérielle ». Il ne suffit pas de déclarer son revenu. « Théthé, âgée de 40 ans est aussi mariée, mère de quatre enfants et ménagère, son mari est employé dans l’administration par une société de la place qui rémunère assez bien son personnel […]. Seulement le montant déclaré t-elle que son mari lui donne pour la popote ne répond pas par rapport au coût de la vie ».

Elle explique que le montant que la dame reçoit de son conjoint ne répond pas ; « les denrées alimentaires sont devenues tellement coûteuses qu’elle a du mal pour lier les deux bouts du mois. Madame Théthé à même mal pour mieux entretenir son corps pour se faire belle et attirante ». Elle ne peut épargner et contribuer aux charges de la famille. Lorsqu’elle demande plus d’argent à son conjoint, elle raconte que « c’est du tintamarre et les boutades sont envoyées même en présence des enfants ».

Etant vendeuse, « Théthé avoue que les bénéfices de la vente des pains, ne lui permettent pas à faire face à tous les besoins quotidiens et de temps à autre, elle pense s’offrir occasionnellement aux partenaires potentiels. Seulement, ses convictions religieuses et sa foi l’empêchent d’agir ainsi » par crainte de jeter le déshonneur sur sa famille. Pour Vivienne Dzobo « l’égalité tant souhaitée entre l’homme et la femme est encore loin d’être une réalité ; car la pauvreté est un véritable obstacle ».

Mon mari me demande de faire un choix entre mon boulot et le foyer

L’histoire de Sidonie, une jeune femme de 34 ans, racontée par Manhore De Bessi est différente. Comme quoi, il ne suffit pas pour une femme d’être autonome financièrement pour préserver un mariage. « Elle est mariée depuis l’age de 16 ans à Jacob qui en a 40 ans. Comme vous le constatez avec moi Sidonie est allée dans le mariage très jeune. Son mari a donc supporté ses études jusqu’à la licence ».

Elle poursuit « après quelques années de chômage, Sidonie trouve un emploi dans une sous-traitance pétrolière. Mais le meilleur c’est quoi chers ami (es), le salaire de dame Sidonie est trois fois plus que celui de Jacob enseignant dans une école de la place ». Bien que la dame ait terminé ses études, et obtenue un emploi bien rémunéré, le complexe de son conjoint ou peut-être la volonté de domination de son conjoint, la contraint à renoncer à son emploi.

Comme l’affirme Manhore De Bessi « au bout de deux mois de fonctionnement, Jacob déclare qu’il ne peut pas accepter que sa femme gagne plus que lui. Ainsi il demande à celle-ci de faire un choix entre « le boulot et le foyer ». Sidonie est embarrassée elle ne sait pas que faire et quoi choisir, elle aime bien son travail mais également son foyer ». Elle appelle à l’aide et attend des réponses sur son blogue pour aider Sidonie : http://manhoredebessi.blogspot.com/

Sommes-nous organisées et efficaces dans la lutte contre la violence ?

Sylvie Mfoutou Banga lance un appel « aidons les femmes à dénoncer les violences domestiques ». Elle s’explique : « quelque soit les raisons ou causes qui empêchent les femmes de dénoncer les violences domestiques dont elles sont victimes au quotidien, un mal doit toujours être dénoncé pour le détruire ».

Ce que les organisations de femmes ont compris, car il y a davantage des initiatives de leur part pour réduire les discriminations à l’endroit des femmes. Même s’il y a besoin d’un plan coordonné de lutte contre les violences au Congo, des pas sont posés. Si le mouvement de femmes pouvait faire davantage usage des technologies de l’information et de la communication (TIC), ces progrès seraient plus visibles.

Elle recommande aux organisations « de travailler dans la perspective de prise en conscience sur tous les phénomènes de violence dont sont victimes les femmes en l’occurrence les violences domestiques »; et de continuer à « organiser des séminaires de sensibilisation, forums, causeries-débats, pièces de théâtre ».

Consciente du pouvoir des média, elle propose l’organisation des campagnes nationales de sensibilisation sur la violence domestique dans les média. Elle déclare : « les médias doivent également tenter de sensibiliser le public aux causes et aux conséquences de ce type de violence ».

Sylvie Mfoutou Banga reconnaît qu’on ne peut prévenir la violence domestique si l’on ne connaît pas leur du phénomène ; elle propose d’ « améliorer les statistiques sur la violence domestique, brosser un tableau précis de sa nature et de sa prévalence, permettre l’identification des ressources consacrées à la lutte contre ce phénomène et l’évaluation des initiatives allant dans ce sens ». Ici, encore les TIC peuvent aider à collecter les données ou à reporter les cas de violences domestiques.

Lire l’intégralité de cet article sur http://azurweb.blogspot.com/

 

Des femmes battues brisent le mur du silence 8 août 2010

Filed under: Non classé — gisele75 @ 15 h 36 min
Tags: , , ,

Au Congo Brazzaville, de plus en plus de femmes battues, qui vivent un enfer quotidien, osent briser les tabous familiaux et porter plainte contre leurs maris. Des associations, appuyées par les autorités, les aident à se reconstruire.

« J’ai rencontré Julien il y a deux ans dans une bibliothèque. Comme moi, il avait une passion pour les livres. Nous nous sommes mariés. Puis, il a plongé dans la boisson sans que je puisse faire grand-chose. La fusion des premiers jours a fait place aux disputes, aux injures, aux coups et aux humiliations », se souvient douloureusement Jeannine, dans la vingtaine, les yeux fixés sur le sol.

Marc, mon mari, entretenait une relation avec une autre femme. Un soir, je suis allée la voir. Mon époux a débarqué et m’a tabassée. Sans l’intervention des voisins, je serais morte. Un soupçon de paix est ensuite revenu dans notre cocon. Marc a pleuré et s’est excusé. Je croyais qu’il avait changé, mais deux semaines plus tard, les disputes, les blâmes et les bastonnades ont repris », raconte Michelle.

Au Congo Brazzaville, en 2008, selon l’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH), plus de 2 000 femmes étaient chaque semaine battues par leurs maris. S’appuyant sur des statistiques de la Banque mondiale, l’ONG Amnesty International, estime qu’une femme sur cinq dans le monde est ou a été victime de violences physiques ou d’agressions sexuelles, le plus souvent commises par des membres de sa famille, de sa communauté ou de son employeur.

Au Congo comme ailleurs, les mentalités peinent à évoluer et certains hommes estiment toujours que battre sa femme est un acte d’amour ou un juste moyen de réprimander son partenaire. Il n’y a pas si longtemps, il était hors de question de parler de ces violences à l’extérieur du foyer. « Laver le linge sale en public était strictement interdit. Cela remettait en cause l’honneur de toute une famille qui devenait la risée du quartier. Dans le secret, on conseillait le couple et on demandait à la femme de se rapprocher de sa belle-famille en cas de récidive », reconnaît maman Angélique.

Les mentalités évoluent.

Aujourd’hui, débarrassées du poids de la tradition, certaines osent briser le mur du silence. « Ces femmes nous arrivent dans un état lamentable. Il leur faut du temps pour s’ouvrir et parler. Elles se reconstruisent petit à petit, grâce aux différentes réunions où elles prennent la parole », explique Bertin Nimi Batotoula, de l’Association génération sans risque, une ONG qui les prend en charge médicalement et psychologiquement et les oriente vers les cliniques juridiques et la gendarmerie.

 « Un homme qui bat sa femme n’est pas moins coupable qu’un homme qui agresse un inconnu. Pour changer les mentalités, il faut que les auteurs de ces crimes soient punis », soutient M. Bertin.

De plus en plus de femmes, surtout celles qui sont plus indépendantes financièrement et connaissent mieux leurs droits, osent désormais poursuivre leurs maris en justice. Mais, les pressions familiales restent très fortes. « À la suite d’une horrible dispute, mon mari m’a fracturé la main. J’ai décidé de porter plainte contre lui. Je suis allée trouver ma mère qui m’a conseillé de garder le silence. Elle m’a rappelé que, sans son aide, mon frère ne serait pas en France pour ses études. Mon mari était le porte-monnaie de ma famille, moi à côté je pouvais mourir…

Vous pouvez lire la suite de cet article rédigé par Annette Kouamba Matondo sur son blogue  http://genreetdroitsdelhomme.blogspot.com/

 

Des blogeuses amplifient les voix des survivantes de violence au Congo 26 juillet 2010

Grâce aux derniers échanges féministes sur la technologie (FTX) organisés à Pointe-Noire, des jeunes femmes congolaises découvrent le blogage comme un moyen de s’exprimer en toute liberté sur les actes de violence dont sont victimes les femmes et les filles au quotidien. Issues des organisations de femmes et des média, ces jeunes femmes racontent des histoires vécues et appellent au changement.

Chacune aborde un thème particulier. Concernant la violence faite aux femmes dans les média, Victoire Bakanette relate des faits.
« Elie jeune femme, âgée de 39 ans de nationalité congolaise, journaliste de profession est très souvent rare à la maison. Son mari marc ne pouvant plus supporter son absence, il l’a frappée et elle devient infirme, porte une grosse cicatrice au visage. Elle a porté plainte au tribunal, puis elle a obtenu gain de cause; enfin elle a divorcé. C’est ce qu’il y avait de mieux à faire pour se défendre. Car sur 10 femmes journalistes 7 femmes sont victimes des violences à leur égard. »

Manhore Debessi dénonce le harcèlement sexuel chez les journalistes : « en ce qui concerne le dernier cas, plusieurs femmes sont victimes de violence dans les milieux où travaillent. Chez nous au Congo plus particulièrement à Pointe- Noire, celles qui évoluent dans les chaînes de médias privées comme étatiques se plaignent du fait que le harcèlement sexuel est monnaie courante. Lorsqu’un chef te fait la cour, en cas de refus de ta part, le boulot est menacé. Il te sort du tableau de programmation pour la présentation des journaux, il donne des instructions fermes au coordonnateur qui le seconde de ne plus t’envoyer en reportage. »

Elle ne s’arrête pas là, et affirme que la femme journaliste a un moyen sur de lutter contre le harcèlement sexuel : «créer des émissions pour faire connaître aux femmes leurs droits d’abord, ensuite les différentes formes de violences qui existent et ce qu’il faut faire en cas de violence serait le cheval de bataille des femmes de micro ».

Vivienne Dzobo quant à elle relate les activités menées pendant les 16 jours d’activisme et s’attaque à la violence conjugale subie par une jeune fille de 22 ans dans son quartier. « Lorsque j’arrive un peu tard à la maison, mon conjoint me tape, ne me fait pas parler, et parfois il sort pour rentrer très tard. Afin qu’il règle mon compte dès que je refuse de faire des rapports sexuels ou bien si je refuse de l’assister dans ses caprices de nuit (mettre l’eau dans la douche, l’assister à manger vers 1 heure ou 2 heures du matin au moment où il rentre) ».

Dans un autre billet, elle explique comment ces violences ont des incidences sur la santé de la femme et la fille, et parle des actions menées par leur organisation : « les lieux ciblés sont les lycées, les groupements des femmes ; avec elles, nous donnons des informations aux femmes et filles sur les violences faites aux femmes et filles. L’Agence Régionale d’Information et de prévention du SIDA (ARIPS) a fait comprendre aux femmes et filles que le VIH et IST sont des conséquences de ces violences ».

Sévéra Mpassi parle de l’adultère et du calvaire vécue par des femmes mariées congolaises sans revenus : « Mr Rufin multiplie les maîtresses, les rencontres dans les hôtels de la place. Il enceinte certaines de ses maîtresses et recueillent les enfants qu’il entretient de face à ce déchaînement de l’homme, la femme n’a pas la parole. »

Son histoire démontre aussi l’ignorance des droits et l’impuissance des femmes victimes de violence conjugale qui se réfugient dans la prière espérant trouver ainsi une solution . «Consciente des menaces que fait peser au tel comportement pour la sécurité du couple, elle redoute chaque jour le pire. Toutefois, face à l’absence de garanties et de chances de trouver mieux ailleurs, amis aussi la peur de laisser les enfants aux mains d’une femme méchante, elle supporte encore ses peines tout en sollicitent des interventions des personnes sages. Elle vit dans la peur et les frustrations. »

Elle termine en attirant l’attention des lecteurs sur les risques de l’infection au VIH/SIDA pour les femmes mariées dans cette situation. Elle parle aussi des mariages « trop faciles » où les fiancées ne se doutent de rien et les appellent à faire le dépistage du VIH pour éviter d’être infectées. Pour Sévéra il faudrait « exiger d’abord un dépistage commun avant de passer aux actes conjugaux ».

Georgette Medja revient encore sur ce sujet de la transmission volontaire du VIH qui devrait être condamnée et qui occasionne des souffrances morales et physiques chez des jeunes femmes forcées d’avoir des relations sexuelles avec leurs patrons au service. Elle affirme que demander justice n’est pas si simple que cela, car beaucoup de personnes hésitent encore à aller en justice dans des cas de violence, surtout quand les questions de pauvreté sont considérées.

Elle conclut : « cette affaire a été mal vécue par les parents et même les voisins qui pensent qu’une plainte devait être déposée chez le Procureur de la République afin que justice soit faite, mais une partie des parents pense que cette affaire doit faire l’objet d’un règlement à l’amiable, afin de préserver l’unité et la réconciliation de la famille que Mr Alphonse qui pendant, longtemps a marqué positivement, la famille par ses actions de solidarité devait bénéficier des circonstances atténuantes ».

En définitive, les bloggeuses sont restées actives pendant les 16 jours et couvert plusieurs sujets. Cela leur a permis de s’appliquer après le FTX, mais également d’amplifier les voix des femmes et filles sans voix, dont les histoires ne sont pas toujours connues sur la toile mondiale

Sylvie Niombo