Féministes Congolaises

Un site utilisant WordPress.com

Le harcèlement sexuel à l’école de l’impunité 8 août 2010

Une année scolaire vient de prendre fin, plusieurs jeunes filles ont satisfait au baccalauréat, et vont intégrer le monde universitaire, d’autres vont expérimenter le monde mature du lycée, mais dans quelles conditions ?

A la rentrée scolaire et universitaire ces mêmes jeunes filles qui jubilent d’avoir franchi le cap vivront certainement le calvaire d’être harcelées par les enseignants et les professeurs. L’enseignant et le professeur ne sont pas des simples transmetteurs de connaissances. Symboliquement, ce sont des « parents par procuration » qui exercent leur autorité d’éducateurs non pas au nom de la famille, mais au nom de la société dans son ensemble. Ils sont implicitement porteurs de valeurs sociales et du projet de société telle que défini par la communauté.

En incarnant, volontairement ou non, une telle charge symbolique, l’enseignant ou le professeur ne peut envisager une relation avec son élève ou son étudiante qu’au prix d’un reniement de sa fonction symbolique. Sa transgression remet en question le fondement même du lien social puisqu’il est en charge, par sa fonction, de transmettre la vision commune et les valeurs de société. Le harcèlement sexuel se définit comme un acte violent lié à une agression sexuelle.

Autrement dit, pour les jeunes filles, les autres formes de harcèlement associé au comportement, attouchements, propos indécents, sont considérés comme des formes bénignes de harcèlement.

Le harcèlement sexuel dans les milieux universitaires et scolaires se manifeste par des regards, des insinuations, des propositions de rencontre, des familiarités indésirables, voire des agressions sexuelles. En effet, lorsque le harcèlement est pratiqué par un adulte dépositaire d’une autorité, le traumatisme est beaucoup plus considérable. La victime est le plus souvent terrorisée par la gravité de l’événement et l’effroi qu’il génère, garde le silence et s’interdit d’en parler par peur de violer un tabou.

Causes

Le harcelant est souvent décrit comme un homme qui abuse de son autorité et de son pouvoir. Cet abus de pouvoir peut être le fait d’un professeur, d’un agent de la sécurité, d’un membre du personnel de l’administration de l’établissement, d’un gardien. Il est le plus rarement le fait d’un étudiant et, dans ce cas, le harcèlement a lieu en dehors de l’établissement scolaire ou universitaire.

La victime type du harcèlement est décrite comme une personne de caractère faible, fragile et timorée. Elle est généralement très jeune, vulnérable, sans expérience et de milieu modeste. Les jeunes filles sociables sont aussi considérées comme des victimes potentielles, surtout lorsqu’elles disposent d’un physique avantageux.

Les conditions propices au harcèlement sont le passage des examens oraux à l’université. Au lycée, le harcèlement a lieu hors de l’enceinte scolaire, le plus souvent lors des cours supplémentaires, au domicile de l’enseignant ou de la jeune lycéenne. Les causes du harcèlement sont souvent attribuées au mode vestimentaire des filles.

C’est ce style d’argument qui amène certains garçons à considérer le harcèlement que subissent les filles comme le juste châtiment.

Vous pouvez lire la suite de cet article rédigé par Arlette Bakou sur son blogue http://arletteraymonde.unblog.fr/2009/09/26/le-harcelement-sexuel-a-lecole-de-limpunite/

Publicités